Tours de magie

 

Un coup de sabre énigmatique.

Souvent, pour terminer la séance, le magicien vers les années 1930 exécutait le tour suivant qui paraissait extrêmement dangereux :

Il s'agit de couper en deux une pomme de terre, posée à plat sur la paume de la main, d'un coup de sabre tranchant et cela sans entamer la peau. Le magicien corsait même la séance en offrant de couper la pomme de terre sur la tête d'un enfant de bonne volonté. Ces coups de sabre énigmatiques attiraient toujours l'attention du public devant lequel il s'exécutait et pour beaucoup ne s'expliquent pas. Car supposer que le magicien est tellement habile qu'il arrête son coup de sabre juste à fleur de peau, cela paraît et, est du reste impossible.

Voici comment on procède:

Sur un plateau posé sur une table, avant l'expérience, se trouvent une dizaine de pommes de terre, dont deux ou trois préparées de la manière suivante : près de la surface on insère une grosse tige d'acier, morceau d'aiguille destinée à retenir la lame du sabre. Il faudra quand on fait le tour avoir soin seulement de poser la pomme de terre transversalement à la direction de la lame. Le prestidigitateur a soin quand il place la pomme de terre sur la main de son aide, de chercher à l'équilibrer, et n'y parvenant pas, il coupe une petite portion ostensiblement avec un couteau. Cette portion est celle située immédiatement au-dessus de l'endroit ou est enfoncée l'aiguille. Il place de nouveau la pomme, l'aide tend bien sa main ouverte, le magicien fait deux ou trois moulinets, et d'un coup de sabre coupe la pomme de terre qui se sépare en deux, en laissant tomber le morceau d'aiguille, qui disparaît, sans que les spectateurs se doutent de sa présence. Bien entendu, la lame du sabre, rencontrant le morceau d'acier, se trouve arrêtée net et l'assistant peut ainsi s'offrir sans danger aux expériences.

La seconde pomme de terre coupée sur la tête d'un enfant produit, s'il est possible, un plus grand effet et assure au magicien un gros succès.